Mon analyse avec Jung, de Sabi Tauber

En plus d’une analyse avec Barbara Hannah (une élève et amie de C.G. Jung), Elisabeth Tauber a été en contact régulier avec Jung, à qui elle confiait ses rêves, ses désarrois intérieurs ou ses difficultés extérieures, comme ses questions brûlantes sur le sens de la vie. Quand elle rencontrait Jung, elle notait dans un journal les échanges qu’ils avaient eus.
Tout au long de ce journal se dévoile le parcours d’une femme qui, guidée par Jung, plonge dans l’inconscient et se donne de plus en plus profondément à la transformation. La personnalité de Sabi Tauber (comme on l’appelait) se révèle, mais aussi celle de Jung. Par sa manière très humaine d’accompagner un être, par
sa rigueur ou sa bienveillance à lui expliquer l’incompréhensible, il adoucit ses peines et élargit son vécu. Jung ouvre Sabi à l’irrationnel, l’oriente du côté de l’astrologie par exemple, et la fait participer à ses propres recherches sur la synchronicité. Une confiance en la vie, une joie émergent de ce travail intérieur accompli avec Jung, une totalité se compose et se réalise en rassemblant les pièces éparses d’un puzzle. Et cette totalité n’est pas uniquement celle de Sabi, car, se fondant sur les expériences personnelles de Sabi, Jung les universalise ou les relie à l’inconscient collectif, si bien qu’elles en viennent à nous concerner tous.

A propos de l’auteur
Sabi Tauber (1913-2001) a fait des études de médecine avant de se marier et de se consacrer à son mari, médecin lui aussi, et à ses cinq enfants. Stimulée par son travail intérieur avec Jung, elle s’investit dans l’exploration du monde irrationnel, participe à certains travaux de Jung, ou organise des rencontres autour de lui.