Volume 3

La psychogenèse des maladies mentales

000039 - La psychologie de la démence précoce.
1. Examen critique des vues théoriques sur la psychologie de la démence précoce (1907)

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 1-37), (§1-76), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.13-52).

Un aperçu critique des approches théoriques sur la psychologie de la démence précoce comprend l’analyse et le rapprochement entre les travaux de Freud, Gross, Jiling et bien d’autres. Le survol des écrits se rapportant à ce sujet montre que les recherches, bien que partielles et apparemment dispersées, s’accordent néanmoins sur le fait que les symptômes renferment une perturbation essentielle : la baisse d’attention ou détérioration perceptive. Elle est manifeste dans les associations superficielles, le symbolisme, les stéréotypes, les automatismes, l’apathie, l’aboulie, les erreurs de reproductions et le négati-visme. L’étude approfondie de René Masselon sur la psychologie des catatoniques met l’accent sur la baisse caractéristique de l’attention. Il pense que le patient souffre d’une distraction permanente et que, lorsque son pouvoir d’attention disparaît, disparaissent également la perception des objets extérieurs, la conscience de sa propre personnalité, de son jugement, de son sentiment d’appartenance, de ses croyances et de son assurance. Freud a été le premier à démontrer le "principe de conversion" dans un cas de démence paranoïde précoce. En expliquant l’appauvrissement émotionnel caractéristique de la démence précoce, Neisser a observé que la mobilité des symptômes hystériques est due à la mobilité des affects, alors que la paranoïa se caractérise par la fixité de ceux-ci. On suppose qu’il existe dans la démence précoce un facteur spécifique, concomitant de l’affect, qui génère la fixation ultérieure du complexe et entrave le développement de la personnalité. Dans certains cas, on évoque comme facteur premier une modification éventuelle du métabolisme. Au tournant du siècle, ces idées et le détail des processus psychologiques ont été soulignés par un nombre conséquent d’auteurs autorisés. 58 références.

000040 - La psychologie de la démence précoce.
2. Le complexe à tonalité affective et ses effets généraux sur la psyché.

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 38-51 ), (§77-106), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.53-68).

Observations expérimentales sur le complexe à tonalité affective et son effet spécifique et chronique sur la psyché. Le complexe à tonalité affective est défini comme l’ensemble des pensées entourant la tonalité affective, état affectif accompagné d’effets somatiques. Tentative pour définir l’affectivité comme fondement essentiel de la personnalité. On estime que chaque association individuelle se rapporte virtuellement à un complexe, y compris au complexe-moi, (l’ensemble des idées propres au moi) qui représente le plus grand complexe d’un individu normal. Les pensées égocentriques sont ordinairement interrom-pues par des affects qui produisent de nouveaux complexes inhibant à leur tour d’autres pensées. Définitions et rapprochements entre les effets ponctuels et les effets chroniques du complexe. Les perturbations causées par les complexes ont été mises en lumière dans les tests d’association : allongement des temps de réactions, réactions anormales et oublis des réactions immédiates ou ultérieures. L’effet d’un violent complexe sur un psychisme normal est visible dans l’état amoureux. D’autres formes du complexe sexuel et autres complexes, sont par-fois influencées par des formes variées de déplacement, y compris celle de cacher le complexe par une humeur contraire. 11 références.

000041 - La psychologie de la démence précoce.
3. L’influence du complexe à tonalité affective sur les associations.

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 52-69 ), (§107-142), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.69-88).

Analyse de la baisse de valeur des associations causée par le complexe à tonalité affective et, à partir des associations de mots, remarques générales confirmées par des exemples de cas. Il est montré que, sans aucune intervention extérieure, une augmentation soudaine des associations super-ficielles dénotait une baisse d’attention provenant d’un complexe à tonalité affective. Lorsque le complexe était refoulé, le sujet ne s’en apercevait pas. D’autres exemples de perturbations d’attention se retrouvent dans les lapsus linguae, les lapsus calami, les erreurs de lecture, les jeux de mots ou les mani-festations bruyantes (dans lesquelles un sifflement ou un grognement manifes-tent métaphori-quement le complexe). Les rêves, expressions symboliques du complexe refoulé, sont de très bons exemples d’expression imagées. L’analyse détaillée d’un rêve met en évidence la même ambiguïté des images oniriques et des associations super-ficielles observées dans le cas d’une baisse d’attention en cours d’expérience. Les complexes ont tendance à susciter des associations contrastées comme les contrastes émotionnels et verbaux de l’hystérie ou les contrastes verbaux dans la démence précoce. On conclut que tout évènement affectif devient un complexe. On pense que tous les complexes sont sexuels, comme le sont la plupart des rêves et la plupart des hystéries, particulièrement chez les femmes. Le temps libère en général l’individu normal de ses complexes obsédants, mais parfois il a besoin d’aide et on a remarqué que le déplacement peut en être une. Si le complexe est bien refoulé, le sujet restera longtemps sensible au complexe. Si le complexe reste inchangé, ce qui arrive lorsque le complexe-moi est sévèrement touché, il peut se développer une démence précoce. Il est possible que des effets toxiques interviennent dans cette dégradation. 2O références.

000042 - La psychologie de la démence précoce.
4. Démence précoce et hystérie.

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 70-98), (§143-197), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.89-119).

L’exposé sur les similitudes psychologiques entre la démence précoce et l’hystérie compare les perturbations affectives, les dérèglement de caractère, et l’aspect stéréotypé des deux maladies. L’insensibilité émotionnelle constatée dans les cas de D.P. sérieuse est semblable à la réaction inadéquate de l’hystérique dont le complexe est particulièrement refoulé. Dans la D.P., une excitation explosive peut survenir de la même façon que le débordement d’affects chez l’hystérique. Les symptômes caractéristiques de la D.P. présentent le même manque de contrôle et la même indifférence que l’on constate parfois dans l’hystérie. Les perturbations du caractère, communes aux deux maladies mais bien que plus profondes dans la D.P., dénotent de l’affectation - surtout lorsque les patients sont hors de leur entourage familier -, un manque de considération, une étroitesse d’esprit inaccessible aux arguments et une hébétude comportementale. Les déficiences intellectuelles que l’on trouve dans la D.P. et l’hystérie ne sont pas exemptes de vagues percées conscientes qui oscillent entre la clarté la plus lumineuse et la confusion la plus profonde, l’inattention, la désorientation, les hallucinations, les illusions, les pensées compulsives, l’opposition et les troubles du sommeil. La stéréotypie, symptôme caractéristique de la D.P. se retrouve également dans l’hys-térie et représente, sous forme d’automatisme, un phénomène courant de son développement habituel. On conclut que dans l’hystérie, la psyché est handicapée parce qu’elle ne peut se libérer d’un complexe, mais nombre d’hystériques peuvent retrouver leur équilibre en le maîtrisant partiellement et évitent ainsi de nouveaux traumatismes. Dans la D.P., un ou deux complexes sont définitivement ancrés, mais on ne sait pas si c’est le complexe qui est à l’origine de la maladie ou la précipite ou si, au moment où se déclare la maladie, il y a déjà un complexe qui déterminerait alors la forme du symptôme. 25 références.

000043 - La psychologie de la démence précoce.
5. Analyse d’un cas de démence paranoïde comme paradigme.

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 99-151), (§198-316), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.120-187).

L’analyse d’un cas de démence paranoïde chez une femme célibataire d’âge moyen, souffrant d’illusions et d’hallucinations auditives, est présentée comme un exemple typique d’analyse. On montre comment, dans sa psychose, la patiente a créé une structure imaginaire compliquée, tout à fait confuse et insensée. Elle décrit les espoirs et les déceptions de sa vie par ses symptômes. L’analogie la plus adéquate avec sa façon de penser serait le rêve normal qui utilise des mécanismes psychologiques identiques ou semblables. Les associations verbales révèlent une série de complexes dont le complexe de grandeur (disproportionné et en accord avec l’estime pathologiquement exagérée que la patiente se porte à elle-même), celui de préjudice et un complexe érotique. La première tranche d’ana-lyse, menée comme une analyse de rêve, décrit sa souffrance et ses symboles ; la 2è tranche fait apparaître ses désirs et leur réalisation à travers des images et des épisodes symboliques ; la 3è a trait à ses désirs érotiques intimes et la solution du problème via le transfert de son pouvoir et de ses souffrances sur ses "enfants". 10 références.

000044 - Le contenu des psychoses. (1908)

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 153-178), (§317-387), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.191-220).

Etudes de cas qui confirmeraient la position actuelle concernant le contenu des psychoses. On soutient que la différence entre la théorie (de Jung) et celle de Bleuler a trait à la question de savoir si la perturbation psychologique doit être considérée comme primaire ou secondaire et que la réponse est subordonnée à la validité - ou non - du dogme prévalant qui veut que les maladies mentales soient des maladies du cerveau. On note que 45% des patients admis depuis plus de 4 ans à l’hôpital psychiatrique du Burgholzli souffrent de démence précoce accompagnée en général de quelques perturbations de sentiment et souvent d’illusions et d’hallucinations. Cependant, même dans les cas les plus sévères et persistants depuis des années, l’autopsie révèle un cerveau intact ce qui prouve que l’approche purement physiologique ne fait qu’orienter indirectement vers la compréhension de la perturbation psychique. En suivant la voie de médecins chevronnés, on découvrit que la maladie mentale éclatait souvent à un moment de grande perturbation émotionnelle survenue de façon plus ou moins normale et qu’il y avait un certain nombre de symptômes, incompréhensibles du seul point de vue anatomique, qui devenaient cohérents lorsqu’ils étaient considérés en fonction du passé du patient. L’étude de Freud sur la psychologie de l’hystérie et des rêves a été une aide et un très grand encouragement dans cette recherche. Ces connaissances peuvent avoir une validité générale ou limitée mais il n’en reste pas moins que tout symptôme de D.P. est psychologiquement significatif. 3 références.

000045 - Sur la compréhension psychologique. (1914)

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 179-193), (§388-424), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.221-238).

On propose une méthode d’approche des mécanismes mentaux fondée sur une appréhension prospective pour diagnostiquer la D.P., de préférence à la méthode analytique et réductrice de Freud guidée par une compréhension étiologique et rétrospective mieux adaptée à l’hystérie. La principale critique contre la méthode analytique tient au fait qu’elle ne tient pas compte de la richesse et de la variété du symbolisme du psychotique. La méthode causale et analytique utilisée dans les sciences ne convient pas à la compréhension symbo-lique, et ceci est manifeste dans ses tentatives pour saisir le symbolisme du 2è Faust : pour qu’il soit pleinement apprécié, il faut que le savoir soit person-nellement intégré. De même, toute compréhension de la psyché humaine, des rêves ou de tout ce qui est psychique doit être relativisée par rapport à l’attitude de l’observateur à leur égard. Le progrès mental ne provient pas de la seule expérience mais d’une réflexion active à partir de cette expérience. La psyché vivante engen-dre son propre futur ; ainsi, toute évaluation causale à partir du passé ne peut être que partiellement vraie ; sa qualité dynamique d’entité créatrice nous échappe. On doit donc demander au patient quels sont ses projets et non pas uniquement ce qu’il a senti ou pensé. Explications détaillées de l’introversion et de l’extraversion et, pour simplifier les types pathologiques, on dit que l’hystérie relève de cette dernière et les psychasthénies et schizophrénies, de la première. 14 références.

000046 - Une critique de la théorie de Bleuler sur le négativisme schizophrénique. (1911)

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 197-202), (§425-437), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.240-246).

Vue sous l’angle de la théorie des complexes, la théorie de Bleuler sur le négativisme de la schizophrénie est contestée parce qu’elle donne l’impression que les idées ou tendances du schizophrène sont toujours accompagnées de leur contraire. Bleuler présente le nouvel et intéressant concept d’ambivalence qui suppose que toute tendance est contrebalancée par son contraire. On observe que toutes les tonalités affectives sont contrebalancées par leur opposé qui leur donnent ainsi ce caractère ambivalent. Mais c’est la stricte séquence des causes psychologiques qui conditionne cette réaction négative : la caractéristique de l’esprit malade n’est ni l’ambitendance, ni l’ambivalence ni la dissociation schizophrénique de la psyché comme le dit Bleuler, mais la résistance qui est mise en place par le complexe mental pathologique. La "dissociation de la psyché" n’est pas une prédisposition causale mais la manifestation d’un conflit interne. La liste des causes de négativisme établie par Bleuler (renfermement autistique, "blessure de la vie", relation hostile avec l’environnement, sexualité, etc.) est passée en revue et chacune des causes apparaît directement reliée au complexe. Bleuler ne s’attarde pas sur le rôle de la sexualité, ce qui est étonnant étant donné que la psychanalyse a montré que la source du négativisme est la résistance qui, dans la schizophrénie comme dans les névroses, naît d’un complexe sexuel. 5 références.

000047 - Sur l’importance de l’inconscient en psychopathologie. (1914)

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 203-210), (§438-465), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.247-256).

Commentaires sur la fonction compensatrice de l’inconscient par rapport aux contenus psychiques conscients. L’inconscient est défini comme la somme de tous les faits psychiques qui ne sont pas assez forts pour atteindre la conscience. Chez les personnes normales, l’inconscient compense et équilibre par une contre tendance toutes les tendances conscientes. Cette disposition s’exprime par des activités inconscientes, vagues et non spécifiques, que Freud appelle des actions symptomatiques. Les rêves sont des exemples de la fonction compensatrice de l’inconscient. En psychopathologie, le travail de l’inconscient particulièrement visible dans les perturbations des névroses hystériques et obsessionnelles, est également apparent dans les illusions et les hallucinations psychotiques, quoique moins facilement reconnaissable. L’individu déséquilibré qui souffre d’un réel déséquilibre entre le conscient et l’inconscient, se bat contre son propre inconscient comme dans le cas de l’inventeur excentrique, de l’alcoolique paranoïde ou du converti fanatique. A cause de l’unilatéralité caractéristique du conscient dans ces cas-là, le fonctionnement normal de l’inconscient se manifeste sous une forme anormale qui perturbe l’équilibre mental et empêche l’adaptation de l’individu à son environnement. 1 référence.

000048 - Sur le problème de la psychogénèse des maladies mentales. (1919)

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 211-225), (§466-495), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.257-276).

Commentaires sur la psychogenèse des maladies mentales et présentation des arguments en faveur de leurs origines psychologiques et physiologiques. La doctrine matérialiste de la psychiatrie vient de ce que la médecine est une science naturelle et que le psychiatre, en tant que médecin, est un scientifique de la nature. Cependant, il a été prouvé que les épreuves psychologiques et émotion-nelles jouent un rôle déterminant dans le déroulement des névroses et des maladies mentales. Bien qu’il y ait des cas de démence précoce dans lesquels il y a une modification des cellules corticales, ces modifications sont généralement absentes et il y a des différences frappantes entre les symptômes courants de la D.P. et ceux des maladies du cerveau. Les cas de D.P. augmentent souvent ou s’aggravent en réponse aux conditions psychologiques ou environnementales, montrant ainsi que cette maladie ne devrait pas être considérée comme uniquement organique. Exposé de nombreux cas dans lesquels le déclenchement ou la récidive de la maladie surviennent lors de situations émotionnelles particulières. Un cas relativement simple de D.P. subite chez une jeune fille met l’accent sur l’importance qu’il y a à considérer les facteurs psychologiques dans l’étiologie et le développement des psychoses. Abordée d’un point de vue psychologique, la psychose est d’abord un état mental dans lequel les éléments inconscients remplacent la réalité dans l’esprit du patient ; c’est pourquoi cette approche est recommandée aux psychiatres comme un vaste espace d’exploration psychologique.

000049 - Maladies mentales et psyché. (1928)

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 226-230), (§496-503), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.277-283).

Considérations sur la question de la psychogenèse des maladies mentales autres que les névroses, considérées à présent d’origine psychiques ; on soutient l’étiologie psychique de la schizophrénie. Les processus mentaux sont des produits de la psyché et c’est cette même psyché qui produit des illusions et des hallucina-tions quant elle est déséquilibrée. En revanche, on considère que la schizophrénie possède sa propre psychologie. Tandis que le moi de l’individu sain est le sujet de ses expériences, le moi du schizophrène n’en est qu’un des sujets. Dans la schizophrénie, le sujet normal s’est dissocié en une pluralité de complexes autonomes, désassortis les uns par rapport aux autres et par rapport à la réalité, et engendrant la désintégration de la personnalité. La forme la plus simple de la schizophrénie est la paranoïa, simple dédoublement de la personnalité. L’idée d’être une victime persécutée prend le dessus, devient autonome et forme un deuxième sujet qui de temps en temps remplace le moi sain. Celui-ci, incapable de contrer l’affectivité du second sujet, se paralyse. C’est là le début de l’apathie schizophrénique. Un exemple montre comment un individu, peut-être prédisposé à la schizophrénie, devient malade à la suite d’un choc émotionnel et est submergé par l’idée pathologique de persécution à un moment psychologique précis. Cette étude de la psychogenèse de la schizophrénie explique pourquoi quelques cas plus légers peuvent être guéris par la psychothérapie. De telles guérisons sont cependant rares car la nature de la maladie, qui implique la destruction de la personnalité, joue contre une possible influence psychi-que. Les lésions microscopiques du cerveau souvent constatées dans la schizo-phrénie sont considérées comme des symptômes secondaires de dégénération.

000050 - Sur la psychogénèse de la schizophrénie. (1939)

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 233-249), (§504-541), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.285-306).

Commentaires sur la psychogenèse de la schizophrénie pour tenter de mieux comprendre, en comparant certains de ses symptômes préliminaires avec ceux de l’hystérie et autres névroses, la nature et l’origine - psychique ou organique - de la maladie. En parcourant l’évolution de l’opinion des experts sur l’étiologie des maladies mentales, il est évident que l’on oscille entre une cause organique déclenchant et une cause psychique. Dans les névroses comme dans la schizophrénie, les associations normales sont perturbées par l’intervention spontanée de contenus complexuels, typiques d’un "abaissement" (i.e. déclin de la force du conscient) dont les effets sur la personnalité et les diverses conditions qui en seraient responsables sont relevés en détail. La plupart sont manifestes dans les névroses et les psychoses. Dans les névroses cependant, l’unité de la personnalité est potentiellement préservée, tandis que dans la schizophrénie, il y a presque toujours des dégâts irréparables. La dissociation de la pensée, présente dans les deux types de maladie, est plus permanente et plus sévère dans la schizophrénie. Dans sa forme extrême, l’abaissement réduit le niveau mental au point que le moi n’a plus le pouvoir de tenir tête à un inconscient plus puissant qui se manifeste sous forme de rêves ou d’hallucinations. Aucune évidence décisive quant aux causes organiques de la schizophrénie ; inversement, les conditions psychogènes indiquent, au mieux, que les symptômes favorisent la maladie mais n’indiquent pas les causes probantes de son origine. On conseille aux cliniciens qui pratiquent la psychothérapie d’approfondir la psychologie et la mentalité anormales.

000051 - Considération actuelles sur la schizophrénie. (1956)

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 250-255), (§542-552), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.307-316).

Dans un article rédigé en vue d’un symposium en 1956 sur "Les frontières du savoir et les espoirs futurs de l’humanité", on insiste sur la nécessité de recherches approfondies en psychologie et en psychopathologie, en particulier dans le domaine de la schizophrénie. L’article est essen-tiellement consacré à la description approfondie du processus mental du schizophrène et sa complexité est éclairée par des rapprochements avec les névroses. On avance l’hypothèse que certaines toxines systémiques peuvent être à l’origine de la dissociation psychotique de la schizophrénie. On estime nécessaire d’avoir une compréhension approfondie de la psychologie de l’esprit humain, y compris de ses prolongements mystiques, mythologiques et culturels : les rêves des psychotiques sont en effet généralement numineux et hautement sérieux et leurs images contiennent souvent des motifs semblables ou identiques à ceux des religions ou de la mythologie. Le trouble essentiel est considéré comme mental ou psychique : les processus normaux de pensée sont affaiblis (abaissement), la concentration et l’attention relâchées, et la valeur des associations décroît et n’est plus contrôlée. En conséquence de quoi, des pensées et des étincelles d’idées se manifestent dans la conscience affaiblie et perturbent, par des images aberrantes, son déroulement logique. Ce processus et la source de ses images demandent une étude et une compréhension poussées.

000052 - La schizophrénie. (1952)

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 256-271), (§553-584), & Jung, PSYCHOGENESE DES MALADIES MENTALES, Albin Michel, Paris 2001, (p.317-337).

Des commentaires sur 5O ans d’expérience et d’observations de la schizo-phrénie font état des réponses expérimentale au pourquoi de la désintégration de la pensée, essentielle dans la maladie. Les idées et les images apparaissent au hasard, de façon soudaine et incohérente, dans une confusion ridicule et extra-va-gante, comme dans les rêves. On estime qu’il peut y avoir jusqu’à 10% de psychoses latentes ou potentielles chez les névrosés. Les compulsions obsessionnelles, typiques des névroses, sont converties en hallucinations auditives ou visuelles, communes dans les psychoses. Dans ces cas-là, la psychose n’a pas encore sapé l’activité compensatrice de la conscience. L’intervention thérapeutique vise à restaurer la vigilance du conscient par une modification du processus en attirant l’attention sur le réel et en encourageant le patient à des activités qui le détournent de l’inconscient. Ceci peut être réalisé en le faisant dessiner ou peindre ses visions, processus par lequel les images terrifiantes se banalisent et les couleurs du tableau mobilisent son sentiment ; visualisée et objectivée, la situation chaotique perd ainsi son pouvoir terrifiant. L’attention personnelle et sincère du thérapeute à l’égard de son patient et de ses problèmes est plus efficace que l’application de diverses méthodes thérapeutiques. Cependant, mal contrôlée, cette implication personnelle peut induire une psychose chez le thérapeute. A la suite d’un état sommaire sur la nature et les mécanismes mentaux de la schizophrénie, on admet que la vraie étiologie de la maladie n’a jusqu’à présent pas été découverte. Une ancienne opinion soutient à présent qu’un complexe entièrement psychogène domine la schizophrénie et que l’affaiblissement du moi, précédemment supposé être la cause première, n’est qu’une manifestation secondaire du complexe à tonalité affective ; de plus, une étiologie psychogène semble plus probable que des causes toxiques que l’on pensait déterminantes.

000053 - Lettre au président, symposium sur la conception chimique de la psychose. (1958)

In Jung, Collected Works of C. G. Jung, Vol.3. Princeton University Press, 1972. 303 p. (p. 272).

Dans une lettre au président du "Symposium sur les conceptions chimiques de la psychose", tenu au 2ème Congrès international de psychiatrie à Zurich en 1957, on considère que l’étiologie de la schizophrénie est double : chimique et psychologique. On suppose que les émotions qui sont à l’origine des modifications du métabolisme sont accompagnées de processus chimiques qui engendrent des perturbations temporaires ou chroniques.