Jung & l’œuvre du féminin dans la psyché (Canada)

Colloque organisé par la SFPA / Institut C.G. Jung avec le soutien de l'Association Internationale de Psychologie Analytique

JUNG & L'œuvre du féminin dans la psyché

Samedi 19 Novembre 2022
Salle ASIEM - 6 rue Albert de Lapparent 75007 Paris
secretariat@cgjungfrance.com
"L’esprit féminin est une terre qui attend la semence. C’est le sens du transfert. C’est toujours le plus inconscient qui reçoit du plus conscient la fécondation spirituelle."

C.G. Jung, Correspondance 1906-1940

Nous vous invitons au cours de cette journée à ressentir et à penser le féminin à l’œuvre en soi et dans la relation à autrui.

Pourquoi parler de l’œuvre du féminin dans la psyché ? Y aurait-il un travail spécifique du féminin, du masculin au sein des psychés et serait-il de même nature chez les femmes et chez les hommes ? Comment entendre, accueillir, nommer, se laisser transformer par la rencontre du masculin et du féminin en soi, et quelles parts la dimension du féminin éclaire-t-elle dans la relation à l’autre ?

Ces questions nous amènent à retrouver les racines de la pensée de Jung sur la dynamique de la vie psychique, de l’aube de la vie émotionnelle à l’émergence de la créativité. Nous verrons au cours des différentes interventions théoriques et cliniques qu’il n’est pas question de « genre » mais bien d’une œuvre qui s’accomplit autant chez les femmes que chez les hommes, ouvrant leur vie psychique au travail de l’anima et de l’animus, à la dimension d’Eros et de Logos. Après un long cheminement, l’émergence créative et poétique se rencontre parfois, telle que l’œuvre de Fernando Pessoa le montre. Surtout, pour chacun et chacune, laisser advenir et travailler ce féminin en soi est un véritable défi, un enjeu individuel autant que collectif.

Argument

Nous vous invitons au cours de cette journée à ressentir et à penser le féminin à l’œuvre en soi et dans la relation à autrui.

Pourquoi parler de l’œuvre du féminin dans la psyché ? Y aurait-il un travail spécifique du féminin, du masculin au sein des psychés et serait-il de même nature chez les femmes et chez les hommes ? Comment entendre, accueillir, nommer, se laisser transformer par la rencontre du masculin et du féminin en soi, et quelles parts la dimension du féminin éclaire-t-elle dans la relation à l’autre ?

Ces questions nous amènent à retrouver les racines de la pensée de Jung sur la dynamique de la vie psychique, de l’aube de la vie émotionnelle à l’émergence de la créativité. Nous verrons au cours des différentes interventions théoriques et cliniques qu’il n’est pas question de « genre » mais bien d’une œuvre qui s’accomplit autant chez les femmes que chez les hommes, ouvrant leur vie psychique au travail de l’anima et de l’animus, à la dimension d’Eros et de Logos. Après un long cheminement, l’émergence créative et poétique se rencontre parfois, telle que l’œuvre de Fernando Pessoa le montre. Surtout, pour chacun et chacune, laisser advenir et travailler ce féminin en soi est un véritable défi, un enjeu individuel autant que collectif.

La Société Française de Psychologie Analytique-Institut C.G. Jung, fondée en 1969, est, en France, l’unique association de psychanalystes jungiens à être reconnue par l’Association Internationale de Psychologie Analytique qui fédère l’ensemble des sociétés de psychanalystes jungiens dans le monde.

La SFPA assure la formation initiale et continue des psychanalystes jungiens.
Pour en savoir plus : Devenir psychanalyste jungien

Nous remercions l’Association Internationale de Psychologie Analytique de son soutien financier qui nous permet d’organiser notre 1er colloque international en présence et en visioconférence, avec un interprétariat en anglais, espagnol et portugais. L’AIPA est l’organisme international qui valide et fédère des associations nationales de psychanalystes jungiens dans le monde entier.

La validation par l’AIPA garantit la qualité des formations dispensées par les sociétés affiliées à l’ensemble de ses 3500 membres sur tous les continents.

Programme

Programme du colloque

Résumés des interventions
Elisabeth SCHNETZLER

Médecin, psychanalyste, membre de l'AIPA et de la SFPA

« De la Fleur d’Or au Lever de l’Aurore »

Jung a lu très tôt les mystiques chrétiens, les textes traditionnels orientaux dans lesquels il a retrouvé des échos de sa propre expérience intérieure et des parallèles avec ce passage du moi au Soi lors du processus d’individuation. Dans le Commentaire sur le Mystère de la Fleur d’Or, Jung reconnaît l’importance majeure du non-agir, le « wuwei » chinois, le laisser advenir, l’action non-agissante, l’abandon de maître Eckhart. Loin d’une position passive, cette attitude féminine d’ouverture, d’accueil inconditionnel à ce qui est, tel que c’est, demande un investissement majeur : se libérer du royaume des mères et ne pas esquiver la confrontation avec soi-même et avec le monde. La pénétration intuitive directe de la réalité, de la lumière de la Conscience a pris la forme du Lever de l’Aurore, celle de la Sophia. Cette ouverture est au cœur des processus de création, à l’œuvre chez les poètes comme dans l’écoute analytique.

 

Christine FOUCHARD

Psychanalyste, membre de l'AIPA et de la SFPA

« De quelques embûches à la rencontre avec le féminin »

A l’aube de la vie psychique, émerge peu à peu de l’indifférencié primaire un vis-à-vis, un autre. Dans ce brouillard du demi-inconscient apparaît doucement quelque chose, quelqu’un, que le bébé va explorer, renifler, sentir activement. Cet autre, qui se laisse faire, est déjà modelé par ses expériences antérieures, inconscientes mais inscrites dans sa sensorialité. Personne n’arrive « tabula rasa » vers cette rencontre. Cette « niche sensorielle » de la toute petite enfance, comme l’appelle Cyrulnik, première expérience de l’archétype, a déjà créé un « style d’attachement » que l’analyste aura à ressentir et à partager pour se trouver au plus près du patient. M’appuyant sur les travaux des théoriciens de l’attachement précoce, Bowlby, Lorenz, et les hypothèses hardies de Jung concernant les bases instinctuelles de l’archétype, je vous propose d’explorer les débris comportementaux, et langagiers, possiblement issus de ce temps et servant au travail d’approche de l’analyste. Certains contes aident l’analyste à se représenter le monde interne sensoriel de son patient, s’il a exploré ses propres expériences de torsion et d’illusions sensorielles.

 

Mariette MIGNET

Titulaire d’un doctorat en psychologie clinique, psychanalyste et membre honoraire de la SFPA.

« Le défi du féminin, avec Diotime malgré Socrate »

Nous relirons ce formidable dialogue mis en scène par Platon entre le grand homme Socrate et une femme, une guérisseuse, Diotime. L’amour est-il l’amour du Beau ? Diotime contredit le philosophe en introduisant le féminin. Qu’est donc ce féminin ? Les femmes le reconnaissent-elles en elles-mêmes et les hommes savent-ils qu’ils le portent en eux ? L’élaboration jungienne de la psyché, nos expériences cliniques nous permettent de comprendre que découvrir et faire vivre ce féminin se présente comme un défi, autant pour l’homme que pour la femme.

 

Sylvie ROUQUETTE

Psychanalyste, membre honoraire de la SFPA

« Du féminin à la créativité »

La vie psychique des hommes et des femmes nécessite l’accès à la dimension du féminin pour la mise en œuvre et en acte de la créativité. Sans l’accès à cette forme d’énergie psychique sous-tendue par Eros agissant en soi-même et envers autrui, la créativité ne saurait se déployer. Nous verrons quelles formes cela peut prendre grâce aux chemins ouverts par Jung et par des auteurs jungiens contemporains.

 

Victor PALOMO

Psychiatre, psychanalyste, membre de l’AIPA et de la Société Brésilienne de Psychologie Analytique (SBrPA).

« Images de l’anima dans l’œuvre de Fernando Pessoa  »

Toute analyse de l’œuvre de Pessoa, en particulier de son côté poétique, est imprégnée des thèmes de la mélancolie, de la saudade, de l’étranger et de la multiplicité. Comment les images de l’anima présentes dans cette poétique rapprochent-elles les opposés entre subjectivité et modernité ? La grande contribution de l’œuvre de Fernando Pessoa à la pensée psychologique est sa capacité à faire éclater le «je» et ses significations univoques en un archipel d’identités littéraires, donnant naissance à un ensemble de personnalités fragmentaires, de poètes interdépendants, stylistiquement autonomes et résultant de processus complexes d’altérité qui combinent simultanément langage, image et psychologie polythéiste. Il s’agit d’Alberto Caeiro, Ricardo Reis et Álvaro de Campos, en plus de Fernando Pessoa lui-même, une identité civile supposée du poète.

Nos partenaires

logo Martin Pêcheur


Télécharger l'affiche
Télécharger le flyer

 
Partager

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer