Petit Journal n°25

P.J. n°25

Editorial

Le vent du large souffle sur ce numéro du Petit Journal
et par cette fenêtre ouverte sur d’autres horizons plus ou
moins lointains, il nous apporte des nouvelles stimulantes
: Vilnius, Chicago, Santiago-du-Chili, Rome…

Autant de rencontres qui témoignent de la richesse
d’une réflexion partagée dans l’accueil des différences.
Avec le premier congrès européen des analystes jungiens
qui s’est tenu à Vilnius sous l’égide de l’IAAP, c’est en
particulier la possibilité d’une découverte mutuelle et
d’une confrontation qui s’est offerte à des analystes inscrits
dans une histoire collective commune, celle de
l’Europe, et qui se trouvent aux prises dans leur pratique
clinique avec les effets divers des tourmentes de cette
histoire.

Les échanges réguliers avec nos collègues italiens, belges
et britanniques s’inscrivent pour leur part dans une
continuité pérenne et la thématique de leur réflexion
témoigne d’un ancrage dans les interrogations qui
travaillent nos sociétés.

La SFPA confirme son soutien actif – au-delà d’une
implication financière – aux groupes émergents.
L’Institut C.G. Jung accueillera en effet régulièrement
cette année 2009-2010 des collègues tunisiens en
formation, dans le cadre des séminaires.
Plus près de nous, ici en France, la question d’une plus
grande ouverture de la SFPA à des praticiens intéressés
par l’approche jungienne semble aujourd’hui se poser
avec plus d’acuité. Il nous semble qu’une réflexion sur
les modalités de cette ouverture devrait s’engager dès
lors que les nouveaux statuts qui vont faire l’objet du
débat en assemblée générale auront été adoptés. Cette
ouverture pourrait en effet contribuer à impulser une
nouvelle dynamique dans notre Société.

Henri de Vathaire et Françoise Le Hénand
Novembre 2009