Petit Journal n°17

Editorial

Météo marine – Appel d’équipage

Navigation sur embarcation à voilure réduite tient difficilement le cap. Quarantièmes rugissants à l’horizon.

Capitaine provisoire improvisé essoufflé et court partout.

Equipage au bord de l’overdose assure l’essentiel [[petit bateau, grandes cales = stores posés, courrier répondu, appel cotisation assuré, idées nouvelles ramassées, mémoires lus, séminaire organisé, etc. !]], un bout dans chaque main, un troisième entre les dents.

Où est passé la boussole ?

Terre en vue (Cap de Bonne Espérance), projets en perspective, mais ressources épuisées…

Hissez haut, sainte libido…

Comité au bout de l’archipel ultra-pelé lance S.O.S. :

« Appel à matelots : formation assurée ! C.D… s’aider… Eho ! y a quelqu’un ? »

Le Comité de Direction


Groupe franco-italien à Naples

La onzième rencontre du groupe franco-italien s’est achevée le lundi 30 Octobre 2006. Elle s’est tenue à Naples, pour la deuxième fois de son histoire et pour le plus grand plaisir de ses participants.

Inaugurés au printemps 1988, ces échanges ont été mis en place par Giuseppe Maffei pour l’Italie et par Christian Gaillard pour la France.
La participation de chaque groupe national est constituée par des membres qui en font la demande. Le nombre de participants est limité à 20 personnes par pays. En fait, même à l’origine, ce nombre n’a jamais été atteint !
Voyons plus en détail comment fonctionnent ces rencontres.

Théoriquement, leur rythme est “triennal” : une année en Italie, l’année suivante en France et la troisième année laisse la place au Congrès International. C’est dire qu’en 2007, il n’y aura pas de rencontre franco-italienne puisque le congrès international a lieu au Cap.

Sur un thème choisi à la précédente session, quatre membres (deux de chaque pays) font un exposé, chacun suivi d’une discussion, généralement très fructueuse et animée. Nous avons ainsi travaillé successivement des thèmes divers et variés qui sont les suivants : le parcours analytique, l’utilisation des concepts jungiens en clinique, puis le même thème, plus centré sur l’Animus, les différents aspects de la sortie de l’analyse, puis de nouveau, la fin ou l’arrêt de l’analyse, les temps de l’analyse, l’Inatteso in analisi (l’inattendu en analyse), de nouveau, l’inattendu ou l’inconnu en psychanalyse, (ce qui surprend !), psyché et soma : sensorialité et capacité de penser, le corps de l’analyste en séance et la symbolisation, et encore le corps en séance , cette année à Napoli (Naples).

Je voudrais ici porter témoignage du sérieux des présentations offertes par les orateurs et de la qualité, tant professionnelle qu’humaine des échanges qui ont lieu dans ces réunions. Respect de la position de l’autre, délicatesse des questions, sincérité des réponses et humour des éventuelles critiques sont autant de paramètres qui président aux relations internes à ce groupe. De plus, les temps de partage de repas ou de soirées apportent une détente bienvenue dans ces temps de travail intensif et de haute tenue.

La prochaine rencontre est programmée pour la Toussaint 2008 à Grenoble et aura pour thème : La technique psychanalytique : personnelle et/ou d’école ?

J’invite ceux qui le souhaitent à venir nous rejoindre pour goûter à leur tour « le plaisir et l’intérêt éprouvés à travailler dans ce groupe sympathique et stimulant » selon l’heureuse formule d’un participant.

Monique Leterrier


Tant qu’on est en Italie on en profite !

Aimé Agnel et Brigitte Allain-Dupré sont intervenus devant leurs collègues de l’AIPA au colloque Les images de l’inconscient organisé à Rome par Lidia Tarantini à partir des photos de l’exposition de Paris.

Une présentation du livre Maria e il terapeuta a réuni une quarantaine de membres de la section napolitaine de l’AIPA, intéressés par le travail avec les enfants, et Brigitte Allain-Dupré a tenu une séance de travail avec les analystes d’enfants de l’AIPA à Rome sur le thème Les nouveaux enjeux de la parentalité.


Nouvelles brèves

Le prochain week-end anglo-franco-belge aura lieu du 11 au 13 mai 2007 avec le thème de travail : In stercore invenitur, ou L’idéalisation destructrice. Nous espérons nous retrouver dans la baie de Somme, à l’Abbaye de Valloires, que vous pouvez visiter à www.abbaye-valloires.com. Un prochain courrier donnera des informations pour réserver dès janvier, les places sont limitées. Pour plus d’informations contacter Leslie de Galbert Envoyer un email .

• Le séminaire de Christian Gaillard à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts a pour thème cette année Psychanalyse, processus de création et pensée mythique aujourd’hui. Les membres et membres associés de la SFPA et les élèves de l’Institut seront les bienvenus. Voir le programme

• Journées de la Société française de psychopathologie de l’expression et d’art-thérapie les 25 et 26 novembre, à Sainte Anne, sur le thème La création et le féminin, avec la participation de Mariette Mignet La figure de l’androgyne et la différenciation masculin/féminin.

The Journal of theory and practice est désormais en ligne
voir le site et cliquer sur journal


A lire

Le féminin et l’amour de l’autre Marie-Madeleine, avatar d’un mythe ancestral de France Schott-Billmann, aux Éditions Odile Jacob, 2006. Psychanalyste lacanienne, France Schott-Billmann a beaucoup échangé et travaillé avec les psychanalystes jungiens. Son livre, très œcuménique, est une sorte de synthèse des trois monothéismes psychanalytiques, lien vers l’article

• Musulmans contre Islam ? Rouvrir les portes de l’Ijtihad de Hechmi Dhaoui et Gérard Haddad, Éditions du Cerf, 2006. Deux psychanalystes, Gérard Haddad, juif tunisien vivant en France, et Hechmi Dhaoui, musulman vivant en Tunisie et membre de l’IAAP, s’interrogent sur la situation du monde arabo-musulman dans ses rapports avec l’Occident, lien vers l’article

• Dialoguer avec l’Islam. La psyché entre radicalisme et laïcité sous la direction de Lidia Tarentini (AIPA/IAAP). Éditeur : Rivista di psychologia analitica, La biblioteca di Vivarium, lien vers l’article

• Tristia de Marie Goudot aux Éditions de La Part Commune, collection “L’étranger familier”, 2006. Marie Goudot a publié plusieurs articles dans les Cahiers. Ce livre reprend, en l’amplifiant, le thème d’un article de 1999 dans le Cahier L’exil.


Pourquoi la mythologie ? de Monique Salzmann

D’emblée, Monique Salzmann nous introduit dans l’universalité et l’intemporalité du mythe. Il était à l’œuvre au Mexique il y a des siècles dans les sacrifices humains au sommet des pyramides de pierres pour que le soleil se lève ; il est encore à l’œuvre dans la terreur actuelle des bergers transhumants du mont Aigoual le lendemain d’un orage qui avait brusquement caché le soleil et foudroyé 15 de leurs brebis. Elle nous rappelle ensuite que le principal intérêt que la mythologie présente d’un point de vue clinique, c’est que l’être humain ne peut pas vivre sans mythe. La lecture de cet ouvrage va nous faire pénétrer ensuite dans l’approche d’un mythe sibérien : le divin corbeau, né chez les petits peuples paléo-arctiques qui vivent de part et d’autre du détroit de Behring. Pas à pas nous sommes invités à nous laisser aller à la force de ce mythe et nous, jungiens, ne serons pas très étonnés de le voir se rattacher à celui du Fripon divin et, dans la foulée au mythe mercurien.

À travers une écriture précise et parfois poétique, à travers une clinique subtile, légère, “pointilliste”, nous sommes incités à faire nos moissons. Bien évidemment, la relation entre mythologie et théorie des archétypes va de soi, et l’auteur s’emploie à nous en convaincre.

Vous devinez sans doute que Monique Salzmann décrit avec justesse les liaisons entre rêve et mythologie. Elle le formule ainsi : “sans être manifestement mythologiques, les images du rêve peuvent évoquer l’arrière-plan mythologique dont elles sont issues et qui est porteur d’un sens plus général, d’un thème qui n’est pas uniquement personnel”.

J’espère que, pour vous comme pour moi, cette lecture sera précieuse et enrichissante.

Henri Duplaix

Lien vers l’article


Honneurs

jpg_Denyse-2.jpg

Le vendredi 16 juin 2006, Denyse Lyard a été faite Chevalier de la Légion d’Honneur en présence de Monsieur Josselin de Rohan, Sénateur du Morbihan. La cérémonie se déroulait dans la grande salle du Centre Les enfants de Kervihan, à Bréhan.

L’assemblée était nombreuse, le personnel des centres, fondés par Denyse avec le docteur Saulnier récemment disparu, était largement représenté, mais les enfants étaient également présents, témoins vivants de l’œuvre en faveur du handicap profond.

Un pot chaleureux partagé ensuite nous a permis, la Présidente de la SFPA, Viviane Thibaudier, et moi-même, de prendre la mesure de cette importante part de la vie et de l’activité de Denyse Lyard, dont, modestement, elle faisait rarement état du temps de son activité à la SFPA dont elle a été présidente de 1990 à 1992.

Brigitte Allain-Dupré.


Un honneur qui n’a rien de chimérique

Le très convoité Prix Fordham a été récemment attribué à notre collègue François Martin-Vallas pour sa recherche sur La Chimère transférentielle. Un travail qu’il nous a présenté en juin 2005, et qui sera publié dans le Journal of Analytical Psychology, en novembre pour sa première partie, et en automne 2007 pour sa seconde partie. Notre excellent collègue, qui avait déjà reçu en 2003 le prix d’honneur de la National Association for the Advencement of Psychoanalysis à New York pour un article paru dans le JAP en 2002, présentera ce travail lors d’une séance plénière du congrès du Cap. Congratulations !

Christian Gaillard


Séminaire des thérapeutes d’enfants

Le XXII ° Séminaire des thérapeutes jungiens d’enfants et d’adolescents a eu lieu à Paris les 30 sept et 1er oct. 2006 autour du thème : Cette ombre qui dérange : élaboration, amplification, interprétation.

Autour d’une présentation clinique de Véronique Bogino, il y a eu divers ateliers de travail en petits groupes et plusieurs exposés : Olivier Cametz, La question de l’interprétation dans les thérapies d’enfants, Henry de Vathaire, Un peu d’ombre chez une adolescente et Bernadette Vandenbroucke, Le noir, le blanc et le beige : une conception de l’appareil psychique proposée par un enfant de 11 ans.


Femme actuelle à l’heure jungienne

Au printemps dernier, l’hebdomadaire féminin qui se dit lui-même « magazine le plus lu en France » a publié un article intitulé : « Les messages cachés de vos songes ». Sûre d’y trouver une énième clef des songes, je découvre avec surprise que l’inspiration en est… jungienne.

Après une brève, mais juste, introduction du rêve selon Jung, la journaliste présente quelques séquences oniriques de lectrices, analysées — avec les précautions d’usage quant à la nécessité de connaître leur contexte biographique — par Dominique Lesuisse, psychiatre et psychanalyste… belge.
Inteviewée, la journaliste explique : pour ce type de sujet, elle a voulu faire appel à des freudiens avec qui elle travaille parfois, mais ils se sont dérobés, prétextant, non sans raison, l’absence du contexte et des associations amenés par l’analysant. Elle cherche alors sur le Net et découvre un site de la SFBA qui lui permettra d’entrer en contact avec Dominique Lesuisse.
Et c’est ainsi que cette histoire belge a empêché la SFPA d’être citée dans l’hebdomadaire le plus lu en France (mais l’aurait-elle souhaité ?).

Des esprits chagrins diront qu’un tel sujet dans la presse grand public — qui plus est féminine — peut conforter une certaine illusion : réduire Jung à un onirisme soft qui permettrait de faire l’économie de Freud au sein de l’analyse…

Mais il aura permis à un important lectorat d’avoir eu connaissance de la vision prospective du rêve chère à Jung « au service, dit l’article, d’un processus dynamique de métamorphose intérieure », et ce n’est pas si mal.

Caroline Montet


Journée d’études jungiennes «L’infantile en psychologie analytique»

Cette journée aura lieu le Samedi 17 Février, rue Ganneron. Elle s’adresse aux psychothérapeutes et praticiens de la relation intéressés par l’approfondissement théorique et clinique de leur pratique, dans une orientation jungienne.

La première journée, organisée avec Aimé Agnel et Brigitte Allain-Dupré, fut un succès. Les participants étaient très contents, désireux que l’expérience se poursuive.

Pensez à signaler cette journée à ceux que vous connaissez. voir le programme


Materia Prima

Le site Web Materia Prima est ouvert depuis 2003 voir le site

Il s’agit du site jungien des thérapeutes d’enfants et d’adolescents, mis en place par des analystes jungiens européens, nord et sud américains, regroupés au sein du Workshop International de Psychologie Analytique de l’Enfant et de l’Adolescent.

Ce site s’adresse, dans sa partie publique, à tout navigateur du Web, il y trouvera des articles théoriques et cliniques concernant le travail des analystes jungiens d’enfants et d’adolescents, des recensions de livres, ainsi qu’une rubrique “liens”.

Dans sa partie privée, accessible seulement sur inscription (gratuite), aux analystes jungiens travaillant avec des enfants, membres de l’AIPA ou candidats, une newsletter et un espace de travail, d’informations et d’échanges à propos du Workshop seront ouverts.

Il n’a pas été facile de lancer ce site qui venait bousculer nos habitudes d’échanges sur papier, mais progressivement davantage d’articles sont proposés. Surtout, ce site commence à permettre à des thérapeutes isolés d’avoir des contacts avec des collègues. Ainsi, parmi les derniers inscrits, on trouve un Indien, une Russe, quelqu’un d’Amsterdam et plusieurs collègues des Etats-Unis qui n’ont pas de groupes de thérapeutes d’enfants dans leur État.

Suzanne Krakowiak


Une rencontre France-Inde

Un congrès est organisé à Delhi en Inde du 28 fevrier au 2 mars 2007. Il permettra la première rencontre (avec traducteurs) entre psychanalystes français et indiens, sous le patronage de l’Ambassade de France à New Delhi.
Le thème général en est la vie psychique entre croyance et savoir
Le but de ces journées est de mieux cerner les spécificités et les convergences dans l’approche de la vie psychique en Inde et en France. Elles permettront aussi des rencontres entre psychanalystes de diverses écoles françaises et psychiatres.

Ce congrès peut être couplé avec un petit voyage pré-congrès avec le Dr Jacques Vigne, psychiatre français installé en Inde depuis 20 ans, qui se propose de nous faire découvrir les méthodes traditionnelles de guérison en Inde. Dépaysement assuré ! Et sûrement de quoi enrichir notre réflexion!

Il reste quelques places. Merci de vous faire connaître Envoyer un email

Christine Fouchard


(Très) brèves nouvelles de l’AIPA

Parmi les nombreuses actions du gouvernement de l’AIPA, avec et pour ses 51 Sociétés constituantes, ses 19 Groupes en développement et ses nombreux membres à titre individuel à travers le monde, une des plus importantes de ces temps-ci est sans doute la préparation de notre prochain congrès international, qui aura lieu au Cap, en Afrique du Sud, du 12 au 17 août 2007. Allons-y nombreux ! en commençant par visiter le site iaap.org. , où vous aurez entre autres plaisirs, celui de découvrir qui d’entre nous sera au programme de ces rencontres qui s’avèrent plus que prometteuses.

Dans le même mouvement, l’AIPA affirme de plus en plus son caractère multipolaire et son ouverture sur le futur. Il se trouve que ces derniers temps, j’ai eu à me rendre, comme président, non seulement en Suisse, bien sûr, mais en Inde, en Ukraine, en Tunisie, à Saint Pétersbourg, et tout récemment en Chine, et je participerai en décembre à un congrès très freudien à Moscou. Tant il nous est maintenant évident que l’avenir de la psychanalyse en général, et de la nôtre en particulier, se joue dans des régions du monde où nous n’avons pas ou bien peu été présents jusqu’ici, tout autant et peut-être plus encore qu’à Berlin, Boston, Londres… ou même Paris.

Pour ce qui est des membres de la SFPA, nous avons été relativement nombreux à nous montrer particulièrement actifs en Tunisie, et aussi à Kiev, à Tbilissi et à Guangzhou. Notre présence au comité d’éthique est aussi une contribution forte au travail de l’AIPA.

Retrouvons-nous donc en Afrique du Sud !

Christian Gaillard


Jung en Chine

Viviane Thibaudier, qui est “liaison person” pour l’IAAP du groupe émergeant chinois (developing group = DG), va se rendre en Chine en décembre pour y parler de Jung et faire du travail clinique avec les membres du DG de Canton en Chine du sud. Brigit Soubrouillard, qui y sera également, donnera aussi quelques cours, les chinois étant très demandeurs d’apports et de connaissance dans ce domaine qui leur a été interdit durant de nombreuses décennies.

Novembre 2006
Vous pouvez envoyer vos articles (1200 caractères maximum) pour l’édition de Mars 2007 à Suzanne Krakowiak, Envoyer un email